Un coin pour commencer !

7 points CAPITAUX pour rendre votre cheval FIN et RÉCEPTIF à vos demandes

reculer à distance avec ma jument

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouvel article !

 

Seulement le 2ème depuis la création du blog en janvier… Alors non je ne suis pas allé me doré la pilule à Saint-Tropez. Premièrement parce-que je pourrais écrire des articles tout en me dorant la pilule. Et deuxièmement parce que je n’ai jamais mis les pieds à Saint-Tropez ! J’ai malheureusement passé un difficile concours que j’ai en plus raté et qui m’a obligé à mettre entre parenthèses le blog pendant longtemps … trop longtemps !!

Heureusement  je reviens en force ! Les articles seront désormais au nombre de 1 par semaine et les vidéos ne seraient tarder. Le temps de se chauffer et d’acheter le matos 😉

Rendez-vous donc tous les … (je vous dirais quand j’aurais mon emploi du temps), j’espère excessivement nombreux ^^

 

Aujourd’hui donc un article primordial qui recense les 7 points qui me paraissent capitaux pour rendre votre cheval fin et ultra réceptif à vos demandes. On ne peut pas espérer une bonne relation avec son cheval si toutes nos interactions avec lui sont dures et contraignantes. Essayons de demander de la manière la plus légère possible pour avoir un cheval hyperconnecté. Bref le rêve de nombreux cavaliers… Et c’est possible pour tout le monde mais à nous de changer !

Avant tout n’hésitez pas à lire mon 1er article qui vous explique les 3 principes INCONTOURNABLES pour bien ÉDUQUER votre cheval. Comme son nom l’indique ils sont incontournables, c’est la base de tout, et notamment pour comprendre ce qui va suivre.

C’est parti pour ces 7 points, à appliquer dès que vous avez fini de lire l’article ! Accrochez vous ça vaut vraiment le coup 🙂

 

1er point : FAIRE DES PHASES !!!


C’est le point phare on ne nous l’explique jamais clairement en club pourtant c’est très simple à comprendre (et à peine plus technique à réaliser) :p

Chacune de vos demandes doivent être découpées en plusieurs phases.

Le principe est simple comme bonjour vous décomposez chacune de vos demandes en plusieurs demandes. Et on appelle ça des phases. Souvent elles sont identiques mais c’est leur intensité qui change (et ça change tout !).

Exemple : je souhaite faire trotter mon cheval à l’aide de mes jambes

→ Phase 1 : Je m’imagine aller au trot en montant mon énergie. Et je me concentre sur la sensation de mes mollets sur son ventre.

→ Phase 2 : Puis petite pression de mollet.

→ Phase 3 : J’accentue cette pression (intensité change mais geste identique à la précédente).

→ Phase 4 : Et j’enchaîne sur des petits coups de talons puis de plus en plus fort.
L’idée de cette phase 4 est qu’elle suscite l’action souhaitée « de toute façon ».

 

On s’en fiche de la manière dont vous demandez. L’important est que les phases se succèdent crescendo. On va de plus en plus vers l’inconfort.

L’enchaînement des phases doit être relativement rapide. Pas plus de 2 secondes par phases pour que votre cheval comprenne que c’est parce qu’il ne réagit pas qu’on avance dans l’inconfort.

S’il réagit mais sans donner la bonne réponse, on n’augmente pas l’inconfort on parle juste plus clairement !

C’est le rôle de la 1ère phase de laisser au cheval le temps de réfléchir et à nous de nous ajuster pour voir si notre demande est bien claire. Vous le verrez tout de suite, un cheval qui réfléchit peut regarder ailleurs mais il tente des choses. Si vous le sentez mou et nonchalant c’est le moment de monter dans vos phases.

Après à vous de vous adapter à sa forme du jour et son caractère. On ne demande pas à un humain de monter le mont Everest à l’heure de la sieste !

Et à l’inverse ne vous dites pas : « oh il doit être fatigué je réessayerais une autre fois ». C’est une manière de procrastiné et de ne jamais arriver à rien.

 

> Quelques conseils d’utilisation de vos phases qui feront une vraie différence pour avoir un cheval très réceptif et fin.

Vous avez du rigolé en voyant la 1ère phase de l’exemple en vous disant que vous en êtes loin. Effectivement un cheval pas formé n’y répondra pas, inutile d’essayer pendant 3h mais faites là quand même !

POURQUOI ?

Parce que si votre cheval répond aux coups de talons par exemple, très bien ! Mais vous aimeriez qu’il soit plus fin. Donc faites une phase avant les coups de talons (pression de jambe) et petit à petit il y répondra. Car il anticipera que s’en suit un coup de talon et préfèrerait l’éviter.

Une fois que vous obtenez le fait que votre cheval se porte en avant grâce à une pression de jambe, cherchez une phase à faire avant encore plus fine (montée d’énergie…) puis faites votre enchaînement de phases s’il ne répond pas. A la fin vous aurez un cheval qui se porte en avant avec une simple montée d’énergie.

Faites en un objectif de séance vous verrez c’est jouissif !

EN CLAIR :

En faisant des phases dans vos demandes vous laisser à votre cheval la possibilité de répondre à une aide extrêmement fine. Autrement dit :

Avoir un cheval fin et réceptif à vos demandes ne tient qu’à un changement d’attitude de votre part.

Regardez la majorité des cavaliers, ils font rarement des demandes fines et actionnent directement une aide « dure ». Cela rend leurs chevaux lourds, pas invité à être attentif et concentré. Et une relation plutôt négative.

>> Pour aller plus loin :

Vous avez compris que tout repose sur l’anticipation de votre cheval. Il anticipe le fait que la demande va être moins confortable s’il ne réagit pas.

Problème ? Cette anticipation est à double tranchant !

Quelque fois votre cheval va attendre d’arriver à une certaine phase pour répondre.

Cela peut signifier 2 choses :

Soit que votre enchaînement est trop long (vous mettez plus que 2 secondes par phases).
Soit vos phases se ressemblent trop, vous n’allez pas assez vite dans l’inconfort (2 phases se distinguent de par leur intensité/ leur contact).

Vous mettez donc trop de temps à aller à la phase que le cheval considère comme suffisamment gênante pour réagir. Il répondra alors toujours à la phase précédant celle qu’il considère comme gênante.

Exemple : la phase gênante pour votre cheval (celle qu’il n’a pas envie d’atteindre) est le coup de talon. Il va donc sans cesse réagir à la pression forte (la phase juste avant le coup de talon). Il ne sera alors jamais vraiment fin.

Heureusement solution !

Si de manière trop répétée votre cheval zappe vos premières phases, sautez celle à laquelle il réagit.

Ainsi vous passez directos de la pression de jambe légère au coup de talon. Bientôt il répondra à la pression légère !

Bon tout ça est très théorique mais très simple juste long à écrire :p donc mettez en action ce premier point et voyez ce qui marche pour vous et votre cheval !

Pour ce qui est du choix des phases n’y passez pas trop de temps en amont. Vous modulerez vite tout ça quand vous verrez ce qui marche et ce qui ne marche pas avec lui. Bientôt il ne vous restera plus qu’un code à vous 2 et ce dernier sera très subtil (on l’espère) !!!

 

>>> 3 conseils pour vous qui allez passer à l’action très vite :

1 Erreur majeure : ne pas faire des phases de plus en plus inconfortables ! Comme dit Jean François Pignon : CRESCENDO !!

1 Piège majeur : Être trop mou, vouloir que son cheval soit fin tout de suite donc trainer sur les phases « douces ». Il faut enchainer tout en observant son cheval (voir s’il réfléchit), si vous trainez trop vous prenez le risque de le désensibiliser et donc la prochaine fois il vous faudra aller dans des phases plus sévères. Tout ce qu’on ne cherche pas 😉

1 Limite (qui ne tient qu’à vous et un peu aux autres ^^) : Si vous récupérez un cheval complètement éteint car complètement désensibilisé par des cavaliers précédents ou par vous-mêmes (certains chevaux de clubs). Vous n’aurez pas le choix sur les 1ères séances que d’aller dans des phases bien plus intenses voire vraiment dures pour des cas très particuliers. Faites-vous aider, adaptez votre méthode à votre cheval !

Explication et solution dans le 2eme point…

 

2eme point : RIGUEUR DANS VOS DEMANDES


Pas de demande à tort et à travers, à l’emporte-pièce et j’en passe et des meilleures. Chaque demande doit être exécutée ! (du moins en théorie)

Le cheval apprend quand on lui rend son confort. Vous voyez bien la limite. Si vous arrêtez votre stimulus alors que le cheval ne vous a pas donné la réponse attendue vous lui apprenez à avoir cette réponse.

Autrement dit l’immense majorité des chevaux peu réceptifs et lourds aux demandes ont été éduqués dans ce sens. C’est pourquoi il faut toujours s’assurer de pouvoir aller au bout de sa demande, d’obtenir quelque chose de son cheval.

Pour ça il y a plusieurs choses à faire et surtout à ne pas faire :

A faire : Quand on voit que le cheval ne comprend pas nos demandes, ce qui sera le cas au début. Ne surtout pas s’entêter à avoir le résultat prévu. Au contraire, revoir ses objectifs à la baisse et guetter le moindre effort du cheval qui va dans le sens de ce qu’on voulait.

Allez-y étape par étape ! Vous avez un objectif final mais différentes façons pour y parvenir. Pensez à prévoir des étapes simples.

A éviter : beaucoup de cavaliers font une demande puis change d’avis ou ne vont pas au bout peut être par manque de persévérance parce que le cheval n’a pas donné la réponse tout de suite.  Ils pensent que c’est anodin pourtant le cheval vient de noter qu’en n’ayant pas donné de réponse au stimulus il a bien réagit. Soyez donc rigoureux !

En clair, soyez à l’affut du moindre effort de sa part surtout si vous sentez que c’est difficile pour lui. Ainsi votre relation ne pourra qu’être positive ! Et de cette manière la célèbre citation de Nuno Oliveira prend tout son sens :

Demander souvent, se contenter de peu, récompenser beaucoup.

 

 

3eme point : 1 CODE = 1 RÉPONSE (pas d’embrouille !)


C’est assez simple mais pas moins primordial. N’utilisez pas le même code pour demander 2 choses différentes à votre cheval. Pas d’embrouille ! Il faut qu’il n’y ait aucune ambigüité, la réceptivité et la réactivité de votre cheval n’en serait qu’altérée.

Il pourrait ne rien comprendre se sentir victime d’une échauffourée et ne plus vouloir répondre. Bref  une des clés d’un bon dresseur est la clarté, tâchez d’être le plus clair possible avec lui.

En termes de codes/phases n’allez pas chercher des trucs trop farfelus. Prenez des choses qui vous viennent naturellement, facilement même si c’est déjà le code que tout le monde prend (il y a surement une raison à cela). Je ferais rapidement un article sur « voix, gestes, toucher quel est le meilleur moyen de s’adresser à son cheval ? ». Dites-moi si ça vous intéresse ?? 😉

 

4eme point : SAVOIR ÉCONOMISER SES AIDES : la puissance des contrats


La clé d’une équitation fine et légère c’est de toujours en faire le moins possible. Et c’est là que c’est dur puisque il faut en faire le moins possible tout en ayant des résultats.

Bien utiliser ses aides c’est savoir aussi ne pas les utiliser ! Pour qu’elle soit plus efficace par la suite.

Et il existe quelque chose de très puissant pour ne pas avoir à utiliser nos aides tout le temps (ce qui a pour conséquence de désensibiliser le cheval à force cf 1er article).

C’est bien sur les contrats ! C’est à dire rendre notre cheval indépendant aux aides.

 

photo de l'apprentissage du montoir avec un cheval
Un bon exemple de contrat réussi. Je me hisse comme une chèvre sur ma jument mais elle bouge pas. Évidemment avant elle bougeait c’est un apprentissage 🙂

Je donnais l’exemple de la personne qui sans cesse entretient le trot dans l’article « Les 3 principes indispensables pour bien éduquer votre cheval. Le cheval à force de recevoir des micros coups de talons n’y répondra plus. Ils ne veulent plus rien dire pour lui puisqu’ils ne cessent jamais. Et ça va même plus loin puisque quand la personne va arrêter d’en faire, le cheval va repasser au pas. Le cheval est dressé à ne pas être léger.

Grossière erreur eh oui ^^ Habituez vos chevaux à ne pas dépendre de vos aides au maximum c’est un immense pas vers la finesse !

En pratique : En longe je demande à mon cheval de prendre l’allure supérieure. Dès qu’il la prend, le stick retourne tout de suite en position neutre. Je suis off je n’entretiens surtout pas l’allure avec des mots ou des gestes parasites.  Ce n’est pas pour ça que le cheval s’arrête. Il doit continuer « seul » jusqu’à tend que vous lui indiquiez autre chose par exemple qu’il peut repasser au pas.

Évidemment la majorité des chevaux vont revenir au trot. Mais vous êtes malin surtout si c’est la 1ère fois que vous travaillez ainsi. Guettez le moment où il repasse au trot pour lui redemander le galop SANS FAIRE DE PHASES ! Parce-que votre cheval vient de rompre votre contrat il faut arriver à le corriger le plus vite possible. De nouveau remettez-vous off et recommencez ainsi jusqu’à ce qu’il comprenne. Ça devrait venir vite si vous êtes cohérents.

Après, et ça vaut pour tous les exercices, on ne le fait pas tourner trop longtemps au début. S’il a bien repris le trot alors qu’il avait rompu le contrat vous lui indiquez rapidement la fin de l’exercice. Ce serait idiot de l’inciter à la faute.

Hehe transition pour le 5ème point du coup !

 

5eme point : NE PAS OUBLIER DE METTRE FIN A L’EXERCICE


C’est fondamental de conclure ses demandes pour que votre cheval soit bien plus réceptif et fin ! Ne le laissez pas devancer vos demandes, s’il anticipe redemandez et tout de suite donnez-lui le code de fin. Ça peut être OK ou juste une attitude qui montre que c’est la fin et qui doit être claire pour votre cheval.

Vous pouvez aussi le surprendre et demandez quelque chose d’autre ça évite de le conditionner à des trucs tout faits.

Le fait de finir vos demandes avec un code plutôt que de finir juste parce que vous arrêtez votre demande va vous permettre d’avoir une cartouche de plus en cas d’arrêt de l’exercice par votre cheval.

Exemple : si sur le cercle vous entretenez le galop en gardant le stick levé vous ne pourrez pas utiliser ce code si votre cheval arrête l’exercice. Il n’y fait plus attention ce code ne signifie plus rien pour lui. Alors que si vous êtes en position neutre et que le cheval s’arrête HOP vous lèverez le stick et le cheval reprendra. Futé !!

Regardez comment Frédéric ou Jean François mettent fin à un exercice ça pète aux yeux ! Et ses chevaux maintiennent la révérence alors même que lui fait autre chose. Légèreté absolue… contrat ^^

 

6eme point : DEMANDER AU CHEVAL QUE CE QU’IL EST CAPABLE DE PRODUIRE


Offrez à votre cheval la possibilité de souvent dire oui.

C’est très puissant parce que si on arrive à faire ça on entre dans une bulle très positive. Cela suppose notamment d’accepter que son que son cheval puisse ne pas être prêt pour un exercice et y revenir plus tard.

Il serait totalement contre-productif de le punir pour quelque chose qu’il ne connaît pas. Lui aussi a droit à l’erreur.

Pour ne pas trop s’éloigner de notre sujet je vous donne 2 trucs pour réussir à travailler dans cette bulle positive qui permet d’avoir un cheval intéressé donc attentif donc réceptif et fin.

  • Premièrement comme déjà dit découper ses objectifs en étapes pour parvenir au but. Ne surtout pas viser le but tout de suite. Dites-vous bien que le cheval n’en a aucune idée. Toute aide est un apprentissage.
  • Deuxièmement sachez le mettre dans les meilleures dispositions pour réussir. Il sera beaucoup moins évident pour votre cheval d’allonger le trot sous 40° dans un manège que dehors à la fraîche. Je vais donc plutôt lui apprendre dans cet environnement, le cheval risque de répondre facilement. Et plus tard je pourrais le faire dans un manège sous 40° sans problèmes. Soyez ou plutôt soyons intelligent, rusés !

 

7eme point : LE POUVOIR DE L’INTENTION


Allons bon dernier point mais pas moins important (d’autant que le 7 est mon chiffre porte-bonheur ! si ça peut intéresser quelqu’un ^^)

Même si vous êtes pour l’instant très nul : pas à l’aise avec vos longes dans tous les sens, avec les différentes méthodes, les différents principes, et que vous êtes embrouillés, soyez simples !

Mettez tout simplement de l’intention dans ce que vous faites. Essayez des choses ! Si vous êtes dans l’instant présent totalement disponible pour votre cheval et que vous y mettez du cœur ça va sûrement passer !

Frédéric Pignon (encore lui) parle d’image mentale. Il s’agit de concentrer son énergie sur ce qu’on aimerait obtenir, l’imaginer très fort dans notre tête. Cela doit de toute façon toujours être votre première étape. Ensuite vos gestes traduiront naturellement votre intention ! Vous aurez tout le temps d’acquérir de la technique par la suite.

Je vois des gens qui commencent le travail à pied et sont totalement démunis de repères. Normal !! Du coup ils se pensent incapables d’y arriver. Normal !!  Sauf que là c’est non seulement absence totale de technique (pas encore trop grave) mais aussi d’intention (plus grave…).

Croyez en ce que vous faites.

Et alors quand vous aurez l’intention plus la technique c’est jackpot !!

 

 

⇔ Résumé pour quelqu’un d’efficace et qui n’a pas le temps (ou quelqu’un qui a tout oublié :p) :

  • Faire différentes phases dans sa demande de la plus légère à la plus inconfortable pour offrir à son cheval la possibilité d’être fin.
  • Être rigoureux dans ses demandes et  favorisez une relation positive qui  permette de dire un maximum de OUI à notre cheval.
  • Toujours utiliser toujours le même code pour la même réponse, comme ça pas d’embrouille pour lui ce qui nuirait à sa réceptivité.
  • Chercher à avoir un cheval  indépendant de nos aides au maximum en instaurant des contrats.
  • On n’oublie pas de mettre fin à l’exercice.
  • S’appliquer à ne lui demander que ce dont il est capable pour ne pas l’écœurer.
  • Pour finir le plus important : on met de la conviction dans ce qu’on fait. Et si on n’est pas convaincu on arrête et on réfléchit à la vie.

Enfin n’oubliez pas que la théorie est bien jolie et indispensable. Mais inutile d’en apprendre un tas si vous ne mettez pas en pratique.

Faites vos expériences, essayez par vous-même sentez les choses, faites-vous confiance mais surtout AGISSEZ !

C’est comme ça dans tous les domaines comme dit Chris Guillebeau :

Il y a un gouffre bien moindre entre l’ignorance et le savoir qu’entre le savoir et l’action !!!

Tout ça pour dire qu’il faut agir 🙂

 

A bientôt pour un nouvel article où nous verrons la meilleure façon de récompenser son cheval, sans laquelle vous n’obtiendrez rien de bien.

Pas le choix que de revenir donc :p et n’oubliez pas de me faire vos retours en commentaires !! Profitez-en, pour le peu que j’en ai je les lis très assidument 🙂

A plus !

10 réflexions au sujet de « 7 points CAPITAUX pour rendre votre cheval FIN et RÉCEPTIF à vos demandes »

    1. Bonjour Coco, effectivement « il y a un gouffre bien moindre entre l’ignorance et le savoir qu’entre le savoir et l’action » (c’est pas de moi :p). L’essentiel est de mettre en pratique dès que tu peux!! J’espère que tu me tiendras au courant de tes avancées ^^ J’ai 3 chevaux chez moi dont 2 qui ne m’appartiennent pas. A bientôt merci de ton commentaire !!

  1. Enfin un blog de cheval comme on les aime (ou plutôt comme on les aimerait) !!! Très bon article, tout est limpide, j’ai hâte de mettre vos conseils en application !

  2. Merci beaucoup pour cet article, il m’a aidée à réaliser beaucoup de choses ! Être fin pour avoir un cheval fin… à quand le prochain ?

  3. Excellent article, j’attends maintenant le prochain avec impatience. C’est accessible pour tous, et surtout très utile. A très vite…

  4. Super article à nouveau, on apprend plein de choses et c’est super bien exposé !
    Bien vu les contrats 🙂 De très bon conseil, merci ! Il faut savoir les utiliser, mais vraiment pas facile

    1. haha trop trop cool très heureux de voir que tu suis encore Gauthier ! :p Pas grave que tu ne saches pas, on sait jamais tant qu’on n’a pas essayé !! Bon courage tiens moi au courant ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.